Le numérique à l’école : quel bilan en tirer ?

Le numérique à l’école : quel bilan en tirer ?

Cela fait une semaine déjà que vos enfants ont repris le chemin de l’école, après un été passé sans devoirs et au soleil (quoique…). Cette rentrée 2017 amène peut-être de gros changements : nouveaux professeurs, nouvelle école… Voire nouvelle manière d’apprendre, avec l’introduction de supports numériques en classe.

Et justement, cette période de rentrée scolaire est l’occasion idéale pour faire le point sur les actions de l’Education Nationale pour intégrer le numérique dans les écoles. Voici donc un rappel de ce qui a été fait depuis l’arrivée du Plan numérique pour l’éducation en 2015, et des questions qu’il soulève.

Qu’est-ce que le plan numérique ?

Le numérique fait partie intégrante de notre quotidien : que ce soit sous la forme de recherches faites sur Internet, de nos conversations sur les messageries instantanées ou de notre utilisation des réseaux sociaux. C’est encore plus vrai pour les jeunes générations, qui n’ont pas connu un monde sans lui. Reste à les former pour qu’elles en fassent un usage responsable, et pour qu’elles en tirent le meilleur parti au niveau scolaire maintenant, puis professionnel dans leur vie future.

Le Plan numérique pour l’éducation vise justement à répondre à ces enjeux, tout en utilisant le numérique pour favoriser la réussite scolaire de chaque élève. Il fut lancé en 2015 par le Ministère de l’Education Nationale, sous la présidence de François Hollande. Avec l’élection de son successeur Emmanuel Macron, on peut se demander si ce plan tiendra toujours la route pour le quinquennat à venir. Pour l’instant des appels à projets sont toujours émis, et la position d’Emmanuel Macron est encore floue sur la place du numérique à l’école. Il faudra donc attendre pour voir émerger les propositions de son gouvernement.

Les actions mises en place

Cela dit, rien ne nous empêche de faire le bilan sur ce qui a été fait depuis le lancement du Plan Numérique. Quel bilan peut-on dresser sur les deux années écoulées ? Quelles actions sont prévues pour les mois et les années à venir ?

Concrètement, l’action du Ministère de l’Education Nationale s’est concentré sur :

  • La formation des enseignants aux outils numériques, pour qu’ils intègrent ces derniers à leur enseignement. Ils ont ainsi droit à 3 jours de formation par an, sans compter celle suivie à distance via une plateforme dédiée et des cours en ligne.
  • L’établissement de nouveaux programmes : le numérique s’intègre désormais dans chacun des enseignements, et aussi dans les EPI (des enseignements qui font appel à au moins deux disciplines). Un cours sur l'Éducation aux Médias et à l’Information (EMI) a été créée, et l’apprentissage du code informatique a fait son entrée dans l’emploi du temps des élèves à partir de la 5ème.
  • La mise à disposition de ressources numériques pour les enseignants et les élèves. Les premiers ont accès gratuitement à des Banques de Ressources Numériques Éducatives (BRNE); ces espaces leur permettent de consulter, télécharger, publier et de partager des contenus multimédias autour de matières comme le français, les mathématiques, l’Histoire-Géographie, les sciences ou les langues. Ces ressources concernent pour l’instant les élèves de CM1 jusqu’à la 3ème, et elle se sont déployées progressivement entre septembre et décembre 2016. A l’origine, l’enseignant y accède après s’être inscrit avec son adresse email ; depuis la rentrée 2017, il peut également passer directement par son Espace Numérique de Travail (ENT). Aux dernières nouvelles, 1 enseignant sur 5 serait inscrit sur ces banques de ressources numériques.
  • L’équipement des établissements scolaires : l’Etat et les départements volontaires financent l’acquisition de tablettes, d’ordinateurs personnels ou de “classe mobile” (meuble contenant des ordinateurs ou des tablettes, qui sert à les ranger et les recharger) par les collèges. L’objectif était ainsi d’équiper 25% d’entre eux pour la rentrée 2016. L’accent devait ensuite être mis sur l’équipement des élèves de 5ème et 4ème pour l’année scolaire 2017-2018. Au final, près de 200 000 élèves ont été équipés de tablettes en 2016. L’objectif affiché pour la rentrée 2017 est d’atteindre les 600 000, et de fournir la moitié des collèges français. Six départements sont particulièrement avancés, puisqu’ils ambitionnent d’équiper tous leurs collèges.

Des réactions partagées

Un premier argument pour réside dans l’aspect pratique de la tablette. En offrant à elle seule tous les contenus dont l'enfant a besoin, elle contribue à alléger une fois pour toute le poids des cartables. Un sujet qui, lui aussi, fut source d’inquiétudes pour les parents...

De plus, le numérique offrirait de nouvelles opportunités d’apprentissage : de par la multitude de ressources que l’on peut consulter en ligne, mais aussi via l’aspect interactif d‘un support comme la tablette. L’élève agit sur le contenu, le crée, collabore avec ses camarades. Il devient acteur de son apprentissage, ce qui booste sa motivation.

Mais l’intégration du numérique à l’école suscite aussi des réactions plus négatives. Celle de l’ancienne enseignante Karine Mauvilly fut particulièrement médiatisée, de par la sortie de son livre “Le désastre de l’école numérique – Plaidoyer pour une école sans écrans”. Elle y dénonce un manque de recul sur les premières expérimentations faites, les effets néfastes des écrans sur la vue, le sommeil, et les risques d’hyper-connexion qu’ils induisent. Elle insiste aussi sur la nécessité pour l’école de préserver ses élèves de la marchandisation de la société, en citant le cas du partenariat entre Microsoft et l’Education Nationale. Cet accord a d’ailleurs fait l’objet d’une pétition, avec près de 7800 signatures. Il cristallise donc bien l’inquiétude de certains enseignants et acteurs du numérique sur le monopole des grandes firmes américaines.

Enfin, le Plan numérique pour l'éducation soulève une autre question de fond : le numérique est-il en lui-même vecteur de la réussite scolaire? Celle-ci ne passe t-elle pas plutôt par des enseignants qualifiés, qui sauront innover dans leur pédagogie ?

Et vous, vous percevez plutôt le numérique comme une aubaine pour l’éducation ? Ou comme quelque chose à modérer voire à interdire en classe ? N'hésitez pas à partager votre avis en commentaire !

Sources : Ecolenumerique.education.gouv.fr, Les Echos.fr, Vous Nous Ils, L'Express.fr

Commentaires